mes publications

 

coopération

L’intelligence collective qu’est ce que c’est ? Comment la développer ?

Chacun a pu expérimenter la capacité d’un petit groupe, qui partage le même objectif et qui fonctionne bien, à franchir des montagnes, à réaliser des choses que chacun individuellement croyaient impossibles. C’est vrai dans le sport d’équipe, dans les groupes de jazz, dans certaines associations. On voit alors émerger une dynamique propre au groupe qui lui permet d’agir rapidement, de façon consensuelle et créative. Tout le monde se reconnait dans les actions lancées, sans réellement savoir comment elles ont été lancées. Ce groupe, cette association est capable de se réorganiser, de s’adapter aux difficultés rencontrées, d’apprendre et de surmonter des situations même si celles-ci étaient inconnues de tous. L’intelligence collective est au pouvoir, elle transcende et intègre chaque individu. Transcende car elle permet l’émergence d’une identité du collectif, distincte de l’identité de chaque membre du groupe. Intègre, car l’individu est intégré dans un tout, et participent à des relations qui le grandissent et lui procure du sens. On peut donc définir l’intelligence collective comme la capacité d’un groupe à collaborer pour faire émerger des solutions face à des problèmes inconnus par chaque individu et qui leur sembleraient impossibles à résoudre.
 
Dans une entreprise, le contexte est bien différent : on est souvent beaucoup plus nombreux, beaucoup plus dispersés et les salariés ne partagent pas forcément le même objectif quand ils rentrent dans l’entreprise. Pourtant, il est possible de créer les conditions pour que l’intelligence collective puisse émerger. L’entreprise ne peut pas l’imposer, elle ne peut que mettre en place un climat, des outils, des objectifs et laisser les initiatives se développer.
 
Les salariés pourront se mobiliser s’ils sont dans un environnement qui favorise les coopérations entre individus et entre entités. Pour cela l’entreprise doit mettre en place :
  • des objectifs clairs pour orienter le sens des actions,
  • des règles du collectif claires,
  • un style de management peu directif,
  • des coopérations transverses et montantes, en multipliant par exemple les réseaux formels et informels,
  • la mobilisation de toutes les compétences et intelligences où qu’elles soient dans l’entreprise pour favoriser l’émergence d’idées et d’actions,
  • Le développement d’idées nombreuses favorisées par la reconnaissance de ceux qui participent au collectif,
  • des outils pour donner à tous une idée claire et précise de ce que font les autres et du résultat global de toutes les actions. Cette vision des actions des autres et du résultat global sont nécessaires pour entraîner la convergence et le synchronisme du collectif.
 
On peut se dire que cela va favoriser le désordre et que l’entreprise ne maîtrisera plus son évolution. Pourtant les organisations en réseau sont de bons exemples aujourd’hui d’organisations capables de mobiliser l’intelligence collective. Elles mettent en lien des entités autonomes reliées entre elles directement par des systèmes d'information et de collaboration ouverts et transversaux et ont mis en place un organe central qui préserve l'ordre et la cohérence d'ensemble.
 
Pour que l’intelligence collective prenne une place importante dans nos entreprises plus traditionnelles, cela nécessite un vrai changement de paradigme : des entités réellement autonomes et responsables, un véritable outil support de la collaboration, des échanges nombreux avec l’extérieur de l’entreprise, un pouvoir réparti autrement. Comme le changement culturel est important, cette évolution peut être enclenchée par des pilotes, par des petites expériences pour voir ce que cela donne. Cela peut être, par exemple, la mise en place d’une communauté de pratiques, avec des échanges de savoirs, de conseils, de retours d’expériences, de bonnes pratiques dans un cadre non hiérarchique. Cela peut être complété par du mentoring au sein de ce groupe, la mise à disposition de compétences au travers d’un annuaire. On peut alors mobiliser ce groupe sur un projet, un objectif de l’entreprise en lien avec son domaine d’expertise et récompenser les participations au collectif.
 
Ces expériences pratiques peuvent faire progresser la capacité de l’entreprise à se servir de son intelligence collective en montrant l’intérêt de ces approches et en faisant progressivement bouger les mentalités.
Lien vers le pdf de la news 06/09/2011 - © NextStep Coaching
Accueil Accueil